Première réunion de travail après 3 mois de mise en œuvre du stationnement payant

Vendredi 12 avril s’est tenue la première réunion de travail en présence du Maire, de ses adjoints et des élus de tous les groupes politiques représentés au conseil municipal.  Il s’agissait de faire un point après les 3 premiers mois de mise en oeuvre du stationnement payant dans notre commune.

Le principal enseignement, au terme de ces 3 mois, est qu’il a généré beaucoup de mécontentement : les riverains, les professions libérales et entreprises installées dans la commune et les commerçants qui ressentent déjà les effets sur leurs activités.

Les faiblesses du projet mis en œuvre par la majorité municipale étaient prévisibles et notre groupe l’avait déjà prédit et annoncé lors des différents débats qui ont eu lieu en conseil municipal depuis 2017.

C’est pourquoi, nous avons refusé de voter le premier projet présenté par le maire et que nous nous étions abstenus pour le second, considérant que la dette de la commune envers le concessionnaire ne devait pas être davantage grevée.

Le stationnement payant n’est pas une mauvaise solution, les communes alentours étant déjà payantes depuis quelques mois.

Nous demandons simplement, depuis 2017, que le stationnement payant n’impacte pas lourdement les Châtillonnais.

C’est la raison pour laquelle, bien avant sa mise en œuvre, j’ai demandé la constitution d’un groupe de travail réunissant tous les responsables politiques de la ville afin qu’ensemble nous réfléchissions et étudiions les  pistes d’amélioration.

La réunion du 12 avril dernier a donc été l’occasion de  faire un premier bilan à la fois du dispositif effectif et des très nombreuses remontées de terrain des Châtillonnais.

Nous avons fait état des principaux constats :

– Durée insuffisante de la gratuité quotidienne

– Zones rouges largement sous occupées la journée

– Prix prohibitifs une fois passée la deuxième heure

– Peu de résidents ont souscris à un abonnement

– Durée de gratuité insuffisante  pour le personnel de santé qui intervient au domicile

Nous avons fait plusieurs propositions qui nous paraissent fondamentales :

  • l’augmentation de la gratuité de 15 à 30 mn par jour afin de ne pas pénaliser tant la vie sociale et que le tissu économique de notre ville (dépose des enfants à l’école, petits achats en commerces de proximité tels que    pharmacie, boulangerie…)
  • La création d’ un abonnement pour les résidents de la Zone rouge leur permettant de stationner en tant que riverains dans leur zone (au même tarif qu’en zone verte)
  • La gratuité du stationnement le samedi pour tous les résidents Châtillonnais. En effet, nombreuses sont les  familles Châtillonnaises qui pratiquent des activités sportives et culturelles sur tous les sites de la ville, nombreux sont les commerces tels que les coiffeurs ou restaurants qui réclament cette gratuité pour permettre à leurs clients de bénéficier sereinement de leur services.
  • La révision du tarif une fois passée la deuxième heure.
  • Un tarif et mode de paiement adaptés au personnel de soins qui intervient à domicile.

Le Maire a acté le fait de prolonger la  durée de stationnement gratuit à 30 mn, d’ajuster la durée  de stationnement pour le personnel médical en intervention, et a promis d’étudier nos autres propositions qui nous paraissent fondamentales dans un souci d’équité.

Vote du budget : Nous refusons le tout bétonnage de notre ville pour préserver notre cadre de vie

Il y a 1 an,  notre groupe un Avenir pour Châtillon s’est abstenu majoritairement de voter le budget qui était présenté dans les circonstances houleuses que chacun garde encore en mémoire.

Cette abstention était le résultat de mois de dialogue infructueux, de non dits et surtout de l’obstination du maire à ne pas prendre en compte nos remarques, nos observations et nos points de divergence, sur l’urbanisme notamment. Faut-il rappeler que l’adjoint à l’urbanisme avait déjà rendu ses délégations quelques mois auparavant. Signe avant coureur des difficultés existantes dans votre majorité  mais que vous avez ignoré…

Point d’orgue de nos divergences : le  1er adjoint, Jean-Claude Carepel, a rendu également ses délégations en plein conseil municipal, ce qui apparemment a laissé le maire sans voix ! Il a alors considéré que nous n’adhérions plus à la politique de la majorité municipale et il avait raison.

Sa réaction ne s’est pas faite attendre et ne nous a pas surprise non plus ! Il a retiré des délégations à celles et ceux  d’entre nous qui en avaient. Et depuis, il n’a de cesse que de  nous le faites payer quotidiennement puisqu’il prive notre groupe d’une tribune dans le Châtillon information, d’un local, du droit à la  formation et de toutes les invitations  aux manifestations organisées par la ville…

Drôle de manière de concevoir la démocratie et l’intérêt général !

Alors  Qu’avons nous à dire sur ce budget ?

Que nous  nous inscrivons en faux par rapport à la vision de la ville qui est menée par la majorité municipale qui est marquée par le tout bétonnage, sans aucune cohérence, alors que notre vision est celle d’une ville avec des constructions certes mais des équipements publics avant tout  !

Sans le soutien financier considérable du Département (presque 7  millions d’euros  en investissement depuis 2016) et du plan d’action élaboré par Monsieur Carepel dès 2014, aucun projet d’équipements publics n’auraient été réalisés sous ce mandat : 

  • Construction d’une structure multi-accueil (extension de la micro-crèche La Farandole), c’est grâce au Département;
  • L’extension de l’école élémentaire Jules Verne, c’est grâce au Département;
  • La construction d’une école maternelle dans le secteur Papillons, encore le Département;
  • La création du gymnase Roland Garros, c’est grâce au Département;
  • La rénovation du cinéma, la création d’un studio d’enregistrement, c’est grâce au Département !

Nous pensons qu’il faut stopper toute nouvelle construction car les infrastructures communales saturent.

Nous sommes très inquiets face à l’annonce de certains projets que le maire voudrait bien nous imposer : le site de l’ONERA, la zone des ARUES, le projet  Arc-en-ciel, la Résidence étudiante….

Tous ces projets inquiètent aussi les Châtillonnais.

Ils inquiètent parce qu’ils se décident sans réflexion pour l’avenir, sans concertation, sans même une présentation ou une information aux Châtillonnais.

Les Châtillonnais n’en peuvent plus !

Concernant le projet de l’ONERA, le maire a annoncé lors du conseil municipal de février dernier que 13,5 millions d’euros seront consacrés aux équipements publics, tout en présentant 620 logements et une résidence séniors de 100 logements.

Aujourd’hui, nous ne connaissons toujours pas le montage juridique de cette opération mis à part le prix de vente des terrains, estimé par les Domaines à 53 millions €.

Mais il est certain que les montages juridiques actuels ne permettent pas d’obtenir plus de 8,5 M € d’équipements publics (contre 15,5 millions € annoncés par le maire) sauf bien sur si les droits à construire venaient à augmenter.

En effet, et c’est vraiment très important, le PLU actuel permet beaucoup plus de constructibilité sur cette zone : 53 000 m2 (ce qui a été confirmé par l’intervention de l’adjointe à l’urbanisme Mme Sylvie Laffore-Myslivice qui a parlé de 865 logements constructibles).

C’est pourquoi, nous avons réclamé d’urgence une modification du PLU sur la zone de l’ONERA.

Ce sera la seule façon de  protéger les Châtillonnais de la fièvre à construire dans notre ville ! Les arguments qui consistent à dire « moi vivant, je ne signerai pas ça »   ou alors   «on a été entraîné dans des discussions mal contrôlées »   ne sont pas recevables !

C’est pourquoi, nous avons réitéré tout au long des débat pour qu’une modification du PLU soit portée aux voix pour la zone de l’ONERA. Anne-Christine Bataille a d’ailleurs annoncé que son groupe déposera un voeu pour modifier le PLU dans la zone de l’ONERA lors du prochain conseil municipal.  

Concernant le projet des ARUES, le maire a annoncé dernièrement  la construction de 80 000 m 2 de bureaux. Pourquoi construire encore des bureaux ?  Il existe déjà des milliers de  m2 de bureaux vacants sur la commune.

Dans ce secteur un projet de groupe scolaire semble se dessiner. De combien de classes ?A t on analysé tous  les besoins ? Comment sera t il financé ?

Concernant la Résidence Étudiante, nous avons rappelé qu’il a été accordé un permis de construire pour 185 logements alors qu’une centaine de logements auraient largement suffit ! Qu’en est il de ce projet dont, lors du précédent conseil municipal, il a été annoncé qu’il fallait le revoir de façon très significative ?

Enfin, concernant l’école arc en ciel (projet préparé toujours avec le même promoteur SOFINIM), nous n’avons aucune information si ce n’est les rumeurs qui circulent dans la ville qui ne sont pas rassurantes….

Nous entendons parler d’un immeuble qui serait construit à la place de l’école, avec l’école en pied d’immeuble. Une opération immobilière certainement profitable, mais les intérêts de la ville seront-ils préservés ?

Nous entendons dire que l’école ne sera pas beaucoup plus grande que celle existante. Or avec les constructions dans ce quartier, il serait bon de prévoir une école en conséquence. Et puis, qui va  financer cette école ?  Sera t-elle livrée clé en main ou brut de béton ? Et à quelle échéance ?

C’est pour toutes ces raisons que hier soir, les élus du groupe un Avenir pour Châtillon ont pris la décision, libres, fidèles à leurs valeurs et loyal à l’égard de tous les Châtillonnais d’acter publiquement avec courage et honnêteté de rejeter en bloc la politique de bétonnage systématique de notre ville par Jean-Pierre Schosteck et sa majorité.

Suite à un recomptage des voix, c’est avec 1 voix d’écart que le budget a été adopté (19 contre/20 pour).

Stationnement payant : une première réunion de travail aura lieu à la mi-avril

J’ai reçu ce jour un mail pour participer à une réunion sur le stationnement payant  le vendredi 12 avril 2019 à 17 h en Mairie.

La demande formulée par notre groupe en Conseil Municipal du 20 décembre 2018 a donc porté ses fruits.

Afin de pouvoir préparer dans les meilleures conditions cette première réunion de travail qui revêt une importance particulière aux vues du mécontentement de la population, des riverains et des résidents depuis la mise en place du stationnement payant dans certaines zones de la commune,  nous demandons au Maire des précisions quant à la finalité de cette première réunion.

Nous lui avons demandé de nous communiquer tous les documents nécessaires à la préparation de cette réunion de travail.

Parmi  ces documents, nous lui demandons le bilan des 3 premiers mois d’activité effectué par le concessionnaire et également  les données chiffrées telles que : le nombre de verbalisations par zone, le nombre de résidents enregistrés, le nombre de places inoccupées par zones, les zones saturées, le nombres de professionnels inscrits, l’état du report de stationnement dans les zones résidentielles gratuites,  le retour des commerçants du centre ville et des professions libérales ainsi que des riverains …

De plus, suite aux évènements qui ont eu lieu la semaine dernière entre un cycliste et un deux-roues motorisé, et de l’émotion légitime que cela a suscité auprès de nombreux châtillonnais, nous avons également demandé à ce que soit également abordée lors de cette première réunion de travail la question de la préparation d’un plan de déplacement urbain pour l’ensemble de la commune afin de pouvoir mieux organiser les différents modes de transports dans l’espace public.

Enfin, nous nous étonnons que toutes les sensibilités politiques représentées  au sein du Conseil Municipal ne soient pas associées à ce groupe de travail comme cela avait été convenu lors du  conseil  municipal du 20 décembre dernier.

Comme vous le savez, nous restons au quotidien à votre écoute et serons vos porte-paroles pour faire remonter tous les dysfonctionnements rencontrés mais aussi être force de proposition pour réorganiser ce plan de stationnement dans un esprit plus équitable et accessible à tous les Châtillonnais.

Ce plan de stationnement payant n’est pas abouti et doit être amélioré.

Contactez-nous pour nous faire remonter vos retours d’expériences à  : avenirpourchatillon@gmail.com

LES ECOLES FRANÇAISES DES FEMMES CELEBRENT LEURS 10 ANS

Je suis très fière et honorée d’avoir participé hier aux côtés de l’Institut des Hauts-De-Seine pour célébrer les  10 ans des Ecoles Françaises des Femmes, lieux de transformation sociale et d’émancipation.

Lorsqu’une femme accède à l’instruction, elle peut faire des choix qui lui permettent d’améliorer considérablement sa vie ! 
Avoir accès à la culture, savoir lire, écrire, compter, maitriser les nouveaux supports d’information et de communication, permet à toute femme d’exercer ses droits fondamentaux et lui donne l’assurance de construire son avenir.
Ces lieux d’échanges et de savoir  proposent un programme d’enseignement général aux femmes qui souhaitent se perfectionner en français, enrichir leur culture dans le but de trouver un emploi, utiliser un ordinateur et améliorer leur connaissance professionnelle afin de s’intégrer plus facilement dans la société française.
Ces écoles s’adressent à toutes les femmes de tous âges, de toutes conditions sociales, diplômées ou non.
Les Ecoles Françaises des Femmes réunissent majoritairement des femmes en recherche d’emploi, bénéficiaires du RSA, les femmes migrantes, les femmes isolées ou en situation de précarité.
L’Ecole Francaise des Femmes en quelques chiffres :
6 Ecoles Francaises des Femmes dans les Hauts-de-Seine
1 Ecole Francaise des Femmes dans le sYvelines
400 femmes de 65 nationalités différentes se sont inscrites à la rentrée 2018
60 femmes ont obtenu en 2018 un Diplôme de Langue Francaise
20 professeurs diplômés 
28 heures e cours hebdomadaire
2 000 apprenantes se sont inscrites au seine des Ecoles en 10 ans
1 126 000 € représente le budget consacré aux 7 Ecoles Francaises des Femmes en 2019
ecole des femmes 2
ecole des femmes 4

Contre la fermeture d’une classe à l’école des Sablons

L’école des Sablons  à Châtillon est à nouveau menacée d’une fermeture de classe en élémentaire à la rentrée prochaine.

Ne pas prendre en compte la donnée démographique et ses conséquences revient à mettre notre population mais aussi la communauté éducative en grave difficultés à court et moyen terme dans une commune dont la population augmente exponentiellement, avec depuis 5 ans un taux de + 4,22% (source INSEE).

Toutes les études démontrent que l’enseignement devient difficile et perd en qualité dès lors que les classes dépassent un effectif de 28/29 élèves par classe. 

C’est pourquoi j’ai saisi la Directrice Académique et l’Inspectrice Académique afin de les alerter sur les conséquences désastreuses qu’engendrerait une telle décision pour la communauté éducative et les petits Châtillonnais qui y sont scolarisés.

J’ai demandé expressément que ce projet de fermeture de classe soit reconsidéré.

Je me fais le relais des parents, de leurs enfants et de la communauté éducative qui est très inquiète.

Je suis  déterminée à faire entendre et à soutenir leurs exigences mais aussi toute action qui pourraient être entreprises pour faire valoir leurs revendications légitimes pour maintenir la qualité d’accueil et d’enseignement.

La réunion du groupe de travail pour améliorer le stationnement payant dans notre ville est reportée.

Lors du dernier Conseil municipal du 20 décembre dernier, le maire a accepté notre demande de création d’un groupe de travail pour améliorer et réorganiser la mise en place du stationnement payant dans notre ville afin de le rendre plus équitable, moins pénalisant et davantage compréhensible.

Un courrier reçu il y a quelques jours nous informe que ce groupe se réunira d’ici 3 mois. Nous ne pouvons que regretter ce décalage puisque des éléments concrets sont déjà largement et unanimement identifiés et dénoncés :

  • aucun abonnement résident prévu pour les riverains zones rouges.
  • un 1/4 d’heure de stationnement gratuit insuffisant.
  • report de stationnement vers les zones non payantes…..

Si nous ne sommes pas opposés à la mise en place du stationnement payant parce qu’il permet de fluidifier le stationnement dans certaines zones, nous déplorons que la démocratie participative ait du mal à se mettre en place. C’est bien dommage !

 

 

Ecoute et efficacité au quotidien

%d blogueurs aiment cette page :