Grand Paris : un scénario inacceptable et méprisant

Dans une tribune, les présidents des Départements franciliens rejettent ce qu’ils considèrent comme le scénario privilégié par le préfet de Région, Michel Cadot, qui prévoirait la suppression de l’ensemble des départements et la maintien de la métropole dans son périmètre actuel.

« La presse (NDR et notamment le monde du 23 décembre 2017) s’est récemment fait l’écho au seuil de la trêve des fêtes de fin d’année, des projets extravagants du préfet de l’Ile-de-France sur le Grand Paris. Le scénario que privilégie Michel Cadot prévoit notamment la suppression des trois départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine- Saint-Denis et Val-de-Marne) et le maintien de la métropole du Grand Paris dans ses limites actuelles, indiquent les présidents des sept départements franciliens dans une tribune.

 

Le préfet va même jusqu’à supprimer les quatre départements de la grande couronne (Yvelines, Seine- et-Marne, Val-d’Oise, Essonne), remplacés par des districts, établissement public des années 1960 !, poursuivent-ils. Ce nouveau projet ressemble furieusement au premier projet de monsieur Cadot et déjà recalé par le président de la République. Il consacre les lois NOTRe et Maptam qui sont en fait les projets boiteux du ministère de l’Intérieur, bâtis sur les obsessions centralisatrices de la préfecture de police et qui conduisent à une métropole des riches générant une grave fracture sociale.

image

Les 7 Présidents de conseils départementaux franciliens. © DR

« Décider sans aucune concertation »

Au-delà même de la méthode qui consiste à décider sans aucune concertation de l’avenir des collectivités territoriales administrées par l’expression du suffrage universel, tout comme à laisser fuiter dans la presse des informations jamais partagées avec les élus, les présidents des sept Départements concernés affirment solennellement qu’ils rejettent ce scénario ubuesque. Ils s’opposeraient à sa mise en œuvre par tous les moyens politiques et juridiques s’il était finalement retenu : la haute administration, coupée du peuple et incapable de réformer un Etat surendetté, doit cesser de jouer au « Rubik’s cube » avec les collectivités locales, au détriment de leurs habitants.

Au lieu d’occuper son temps à redécouper les territoires comme pour mieux les affaiblir au mépris de leur histoire et surtout de leur avenir, le préfet d’Ile-de-France ferait mieux d’accéder à la demande des entreprises qui veulent s’y développer : cela fait trois mois, par exemple, que Total attend l’agrément de la préfecture nécessaire au déploiement de son activité…

« Un patchwork préjudiciable à tous les Franciliens »

Les présidents des sept Départements affirment que le « patchwork » imaginé par le préfet Cadot serait préjudiciable à tous les Franciliens : construire le Grand Paris sur le périmètre restreint de l’actuelle métropole serait voué à l’échec puisqu’il exclurait des populations et des territoires dont la métropole aura forcément et rapidement besoin pour son développement futur. C’est exclure les habitants de deuxième couronne, les reléguer au rang de citoyens de seconde zone alors même qu’ils contribuent par leurs impôts au financement du Grand Paris. Cette réforme aggraverait les fractures territoriales et sociales, déjà très pénalisantes pour l’attractivité du Grand Paris, et accentuerait le sentiment de délaissement des zones moins denses, avec des conséquences sur l’emploi et le vote extrémiste.

Fonder le Grand Paris sur la disparition des Départements de la petite couronne serait une absurdité qui dégraderait le service aux habitants. En quoi le remplacement de 3 départements par 11 intercommunalités simplifirait-il l’organisation ? Ce serait au contraire plus coûteux et moins solidaire.

« Dégradation du service public »

Ni la MGP, ni les onze établissements publics territoriaux (EPT) n’ont les capacités de gérer les services de proximité aux populations comme l’aide sociale à l’enfance, l’entretien des collèges et de la voirie, la protection maternelle et infantile… qui n’ont rien à voir avec les objectifs stratégiques d’attractivité et de développement dévolus à la métropole. L’application de ce scénario conduirait immanquablement à la dégradation du service public et fait fi de l‘inquiétude des agents territoriaux. En matière d’insertion notamment, les Département ont acquis, au fil des ans, une expérience irremplaçable : qui peut croire que 11 EPT pourraient s’acquitter mieux qu’eux de cette mission ?

Enfin, la désorganisation des collectivités existantes, le repli de la métropole sur la MGP et d’éventuels renoncements sur le réseau du Grand Paris express feraient courir un risque majeur à l’attractivité du Grand Paris, en l’empêchant d’exercer pleinement ses fonctions stratégiques : face aux villes-mondes que sont Londres, New-York, Pékin ou Tokyo, nous assisterions au déclassement de Paris, donc de la France sur la scène internationale.

A l’opposé de la métropole actuelle, les présidents des sept Départements d’Ile-de-France – soutenus par de nombreux Maires – veulent promouvoir une grande métropole, ambitieuse, solidaire et démocratique : une métropole englobant toute l’Île-de-France, bâtie avec les départements et le bloc communal. Ce projet peut faire l’objet d’une mise en œuvre rapide et d’un large consensus. A l’heure où le Brexit et les Jeux olympiques de 2024 offrent au Grand Paris une occasion unique de développement, il serait irresponsable de s’engager dans un nouveau « meccano institutionnel » dont le résultat – écrit d’avance – sera de désorganiser des services qui fonctionnent et de diminuer, pour plusieurs années, l’investissement public. »

Jean-Jacques Barbaux, président du département de Seine-et-Marne

Pierre Bédier, président du département des Yvelines

François Durovray, président du département de l’Essonne

Patrick Devedjian, président du département des Hauts-de-Seine

Stéphane Troussel, président du département de Seine-Saint-Denis

Christian Favier, président du département du Val-de-Marne

Marie-Christine Cavecchi, président du département du Val-d’Oise

Noël solidaire pour les Châtillonnais isolés

Pour rompre la solitude des personnes les plus vulnérables à l’approche des fêtes de fin d’année, l’Institut des Hauts-de-Seine en partenariat avec le Département des Hauts-de-Seine, a invité  hier 25 séniors de Châtillon à  assister à un spectacle féérique, festif et gourmand sur l’Ile Marrante à Colombes.

Pot convivial de fin d’année avec les équipes du CCAS de Châtillon

Moment convivial avec toute l’équipe du CCAS de Châtillon qui fait un travail formidable au quotidien au service de l’ensemble des Châtillonnais. Je suis fière de pouvoir travailler à leurs côtés.

Je vous souhaite à tous de passer de bonnes fêtes de fin d’année avec vos proches et compte sur vous pour revenir pleins d’énergies pour attaquer 2018.

 

Mobilisons-nous pour mieux lutter contre les marchands de sommeil en Ile-de-France

Dans le cadre du futur projet de loi sur le logement,  je soutiens l’initiative des maires d’Ile-de-France qui ont lancé un appel au Président de la République pour lutter contre les marchands de sommeil.

100 Maires d’Ile-de-France se mobilisent contre les marchands de sommeil

L’ile-de-France est marquée par une insuffisance de logements et par des fractures sociales qui fragilisent notre territoire malgré les actions menées quotidiennement et collectivement pour les résorber. Cette situation créée malheureusement des conditions favorables au développement des pratiques illégales de marchands de sommeil qui profitent de la misère ou de la fragilité de certains pour s’enrichir.

Valérie PÉCRESSE, Présidente de la Région Ile-de-France, Stéphane BEAUDET, Président de l’Association des Maires d’Ile-de-France et Geoffroy DIDIER, Président de l’Établissement Public Foncier d’Ile-de-France ont tenu une réunion le lundi 11 décembre 2017 sur la thématique « Comment mobiliser les acteurs publics pour mieux lutter contre les marchands de sommeil en Ile-de-France ? ».

À la suite de cette réunion sur les marchands de sommeil, la Région Ile-de-France, l’Association des Maires d’Ile-de-France et l’Établissement Public Foncier d’Ile-de-France ont décidé de faire parvenir une lettre au Président de la République afin de l’interpeller sur les pratiques illégales qui fragilisent le tissu social de nombreux quartiers du territoire francilien.

Cette lettre conjointe a été cosignée tout d’abord par Bruno BESCHIZZA, Maire d’Aulnay-sous-Bois, Thierry MEIGNEN, Maire du Blanc-Mesnil, Xavier LEMOINE, Maire de Montfermeil et Philippe RIO, Maire de Grigny puis par la suite par une centaine d’autres Maires de la Région d’Ile-de-France.

En chiffres :
Le logement indigne représente 5% des résidences principales privées en Ile-de-France, soit 180 000 logements.
En Seine-Saint-Denis, une maison sur 100 a fait l’objet d’une division entre 2003 et 2013. Dans certaines communes, la division pavillonnaire peut représenter jusqu’à 40% de l’offre.
Les loyers pour ces logements atteignent des montants indécents : 650€/mois pour 15m2 à Pierrefitte-sur-Seine, 600€/mois pour 16m2 à Stains.
L’AMIF, la Région Ile-de-France et l’EPFI proposent également 12 recommandations visant à priver les marchands de sommeil de leurs ressources financières et demandent au Gouvernement de les intégrer dans son futur projet de loi sur le logement.

L’AMIF restera donc vigilante aux prochaines orientations données dans le cadre de la future loi sur le logement, sachant que les Maires d’Ile-de-France ont à cœur de lutter efficacement contre les marchands de sommeil.

Vous trouverez ici le communiqué de presse.

 

Déjeuner convivial avec nos aînés pour fêter noël

Comme chaque année, nos ainés, membres du CCAS, se sont retrouvés entre amis autour d’un repas festif ce mardi pour fêter joyeusement Noël.

Un bon repas, des rires et des échanges amicaux dans un cadre enchanteur, c’est toujours un beau moment de partage auquel je suis particulièrement attachée.

PMR2

Trophées IDEES Junior : vos actions pour la planète

Vous avez des idées pour favoriser le développement durable dans les domaines de l’environnement, l’économie ou le social ?

Participez à l’édition 2018 des Trophées IDEES Junior organisée par Département des Hauts-de-Seine. Le dossier d’inscription est en ligne. Les inscriptions sont ouvertes du 1er décembre 2017 au 3 avril 2018.

Le Département des Hauts-de-Seine propose aux collèges publics ou privés, à travers les Trophées IDEES Junior (Initiatives Durables Environnement Economique et Social), de valoriser et promouvoir l’implication de leur établissement et collégiens engagés dans une démarche de développement durable par des actions concrètes.

Les Trophées IDEES Junior sont ouverts à tous les collèges publics ou privés sous contrat implantés sur le département des Hauts-de-Seine.

Soutenir les démarches citoyennes et de faciliter le décloisonnement et l’interdisciplinarité au sein des collèges

Les projets présentés menés dans le cadre scolaire ou périscolaire doivent être achevés ou en cours de réalisation. Ils intègrent au moins deux des trois piliers du développement durable : économique, social, environnemental.

Trois collèges seront désignés lauréats

1er prix : dotation de 2 500 €
2e prix : dotation de 2 000 €
3ème prix : dotation de 1 000 €

Le dossier d’inscription est à retourner en un exemplaire, au plus tard le 3 avril 2018 en recommandé avec AR à l’adresses suivante :

  • Conseil départemental des Hauts-de-Seine
    Pôle Aménagement et Développement du territoire
    Direction des parcs, des paysages et de l’environnement
    SEPPE – Trophées IDEES Junior 2018
    2 à 16 boulevard Soufflot
    92015 Nanterre Cedex

En Savoir plus et télécharger le dossier d’inscription dans notre rubrique dédiée Cadre de vie / Initiatives durables / Trophées IDEES Junior 2018

Renseignements
Tél. : 01 41 91 27 12
Email : tropheesideesjunior@hauts-de-seine.fr

 

 

Samedi 25 novembre 2017 : Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Le Centre Flora Tristan et SOS Femmes Alternative ont le plaisir de vous informer de la mise en ligne de leur site internet : www.centrefloratristan.org

Si vous souhaitez en savoir plus sur les violences conjugales

Si vous souhaitez disposer d’un discours pour combattre les idées reçues

Si vous êtes vous même victime savoir quoi faire ou encore témoigner de votre parcours

Si vous souhaitez soutenir et faire un don

Le Centre Flora Tristan a été le premier centre d’hébergement pour femmes victimes de violences conjugales créé en France en 1978.

Depuis, il a accueilli, hébergé et accompagné des milliers de femmes et enfants.

Chaque jour, l’équipe de ce centre développe des actions qui leur permettent d’avancer vers leur autonomie.

Le Département des Hauts-de-Seine met en place son dispositif de soutien pour la réussite de nos collégiens

.

Le gouvernement a lancé, en ce début du mois de novembre, le dispositif « devoirs faits » qui consiste à proposer aux collégiens une aide aux devoirs gratuite, quatre heures par semaine, encadrée par des enseignants volontaires et 7 000 jeunes en service civique.

En pleine complémentarité avec ce dispositif, le Département des Hauts-de-Seine propose aux collégiens, également depuis le début du mois de novembre, un service de soutien scolaire en ligne totalement gratuit, accessible depuis le portail web de service du Département, ENC (Environnement de Numérique des Collèges – http://enc.hauts-de-seine.net) ou le Pass+ Hauts-de-Seine. Les élèves peuvent profiter de contenus numériques variés dans toutes les matières.

Notre service disponible sur ordinateur, tablette ou smartphone particulièrement novateur est totalement personnalisé, apportant un accompagnement ludique et efficace.

Une approche progressive permet de réviser les cours et acquérir les notions clés du programme.

Les élèves ont à leur disposition 4 000 cours vidéo, 20 000 fiches de cours, 100 000 exercices interactifs, 700 illustrations animés et 2 500 sujets corrigés.

Les enseignants qui le souhaitent peuvent également accompagner leurs élèves dans l’utilisation de ces contenus grâce au site Enseigno qui leur est spécialement dédié. Ils ont accès à l’ensemble des contenus proposés.

Commémorations du 11 novembre, un devoir de mémoire

C’est avec un profond respect et beaucoup d’humilité que nous devons nous recueillir et perpétuer ce devoir de mémoire pour ne jamais oublier et continuer à honorer tous ceux qui défendirent  la patrie lors de la Grande Guerre, et particulièrement les soldats Châtillonnais.

 

 

Ecoute et efficacité au quotidien

%d blogueurs aiment cette page :