Archives pour la catégorie Sécurité

Le retour insupportable des rodéos urbains

Une année a passé depuis mon dernier courrier au Préfet et cette année encore, avec l’arrivée de l’été, les rodéos urbains recommencent.

J’ai donc une nouvelle fois interpellé le Préfet afin que cela cesse au plus vite. ↓

Courrier Rodeos juin 2019

Vendeurs à la sauvette : j’ai invité tous les acteurs concernés à se réunir courant juin

La semaine dernière, j’ai  une nouvelle fois attiré l’attention du Préfet des Hauts-de-Seine, du Procureur de la République, du directeur de la sécurité et de la proximité des Hauts-de-Seine, du Commissaire de la Police nationale de Châtillon-Montrouge, du Vice-Président du Conseil régional en charge de la sécurité, du Directeur de la sécurité de la RATP, du Directeur de la ligne 13, du Maire de Châtillon et du Maire de Montrouge  sur la situation de la sortie de métro ligne 13 de Châtillon.

En effet, on assiste depuis des mois à une recrudescence de vendeurs à la sauvette en tout genre qui occupent illégalement les abords de la station de métro «Châtillon-Montrouge » et du terminus T6.

Nous sommes des milliers d’usagers du métro, de passants et de riverains, à emprunter quotidiennement ce secteur.

Nous nous retrouvons spectateurs et témoins impuissants d’une situation qui se dégrade chaque jour un peu plus et le climat d’insalubrité et d’insécurité s’accroit.

Cette situation est bien connue de tous les services que j’ai interpellés et de nombreuses actions ont été menées.

La police nationale procède à de très nombreuses et régulières interpellations et saisies de cigarettes principalement.

La police municipale investit régulièrement l’espace par une présence accrue.

Le parquet sanctionne par un  rappel à la loi les interpellés, qui, dès le lendemain, réinvestissent les lieux.

Mais à l’évidence, toutes ces actions ne sont pas suffisantes.

Ces vendeurs à la sauvette, migrants pour la plupart, n’ont malheureusement trouvé d’autre moyen pour subsister.

Il faut désormais que nous arrivions à remonter la filière et démanteler ce réseau qui profite et exploite sans vergogne cette misère humaine.

Le commerce illicite du tabac de contrebande ou de contrefaçon contribue à financer des réseaux et organisations souvent mafieuses.

Il est urgent de mettre un terme à cette situation.  Cela ne se fera pas sans un travail mutuel associant nos diverses compétences dans nos domaines respectifs en menant des actions transversales.

Il est urgent que nous menions des opérations conjointes!

C’est pourquoi, j’ai écrit la semaine dernière à tous les acteurs concernés afin d’organiser une réunion courant juin, au Conseil départemental.  C’est en nous mettant tous autour de la table pour échanger que nous envisagerons des solutions concrètes et pérennes et que nous réussirons à endiguer cette situation qui n’a que trop duré.

Je reviendrai vers vous pour vous tenir informés des suites de ma démarche et des actions qui seront menées pour faire bouger les choses.

PHOTO VENDEUR CIGARETTE SORTIE METRO

Le marché noir de cigarettes au métro Châtillon-Montrouge sur BFM Paris.

Il faut mettre un terme à cette situation avant qu’elle ne devienne le 2eme plus gros marché de contrebande parisien après Barbès.

C’est bien ce que nous demandons depuis plusieurs semaines. Maintenant nous attendons des actes forts.

 

La caravane de la sécurité routière s’arrêtera au collège Georges-Sand le 14 juin prochain

la prochaine étape de la Caravane de la Sécurité routière s’arrêtera le  jeudi 14 juin prochain au collège Georges-Sand à Châtillon.

Depuis plus de dix ans, le Département des Hauts-de-Seine propose aux collèges volontaires d’accueillir « la Caravane de la Sécurité Routière » (CSR), en collaboration avec la Préfecture et la Direction des services départementaux de l’éducation nationale des Hauts-de-Seine. Elle s’arrêtera jeudi 14 juin au collège Georges-Sand à Châtillon.

La Caravane de la Sécurité Routière est un programme de prévention et de sécurité routière destiné aux collégiens du département. Il intègre l’ensemble des enjeux de la sécurité routière et des nouvelles mobilités. C’est par le biais d’ateliers que les jeunes sont sensibilisés aux risques de la route.

Deux ateliers fondamentaux sont obligatoires : l’un autour de l’exposition de témoignages de jeunes accidentés, réalisée par le Département des Hauts-de-Seine, l’autre sur l’analyse d’accidents. Les collèges choisissent ensuite 2 ateliers supplémentaires parmi les 6 autres proposés, en fonction des projets pédagogiques des établissements.

Se sont 7 727 élèves de 61 collèges des Hauts-de-Seine qui ont ainsi été sensibilisés pendant l’année scolaire 2016-2017.

Les collégiens entrent dans la tranche d’âge la plus exposée aux risques routiers : En France, en 2014, la mortalité routière est la première cause de décès chez les 18-24 ans, ils représentent 17% des tués dans un accident de la circulation.

Dans les Hauts-de-Seine, 897 jeunes de 11 à 15 ans ont été tués ou blessés dans un accident de la circulation entre 2012 et 2016.

Ils ont représenté 8 % de l’ensemble des victimes à vélo et 13 % de l’ensemble des victimes à pied alors qu’ils constituent 6 % de la population du département.

Quant aux 14-17 ans, ils représentent 4 % de la population des Hauts-de-Seine et 17 % des usagers de cyclomoteurs victimes d’accidents corporels de la circulation routière sur la même période.

 

Stop aux nids-de-poule

A la suite des conditions climatiques de ces derniers mois (neige, gel et fortes pluies) liées à une circulation dense, j’ai saisi les services de voirie du Département sur l’apparition et la formation de nids-de-poules, d’ornières et de fissures sur les voies départementales de la rue des Pierrelais et du boulevard de la Liberté depuis la place du 8 mai 45 à Châtillon.

Ces cavités rendent les chaussées parfois peu praticables et souvent dangereuses et potentiellement sources d’accidents pour les usagers de la route, et principalement pour les utilisateurs de vélos et de deux-roues motorisés.

C’est pourquoi, je souhaiterai que les différentes dégradations puissent être définies et constatées et que des procédures d’urgence  de comblement soient rapidement lancées.

Il serait opportun d’étudier la possibilité de réaliser des bandes cyclables sur ces voies départementales.

Je suis certaine que de son côté, la municipalité augmentera son budget consacré à l’entretien de la voirie et s’emploiera à la réfection des nombreuses rues concernées par ce fléau.

Pièce jointe

Samedi 25 novembre 2017 : Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Le Centre Flora Tristan et SOS Femmes Alternative ont le plaisir de vous informer de la mise en ligne de leur site internet : www.centrefloratristan.org

Si vous souhaitez en savoir plus sur les violences conjugales

Si vous souhaitez disposer d’un discours pour combattre les idées reçues

Si vous êtes vous même victime savoir quoi faire ou encore témoigner de votre parcours

Si vous souhaitez soutenir et faire un don

Le Centre Flora Tristan a été le premier centre d’hébergement pour femmes victimes de violences conjugales créé en France en 1978.

Depuis, il a accueilli, hébergé et accompagné des milliers de femmes et enfants.

Chaque jour, l’équipe de ce centre développe des actions qui leur permettent d’avancer vers leur autonomie.