Archives pour la catégorie Scolaire et enseignement sup

Pas de lycée AVANT 10 ANS : des erreurs partagées

 

Un lycée à Châtillon, pourquoi le coche a été manqué !

Alors que  la candidate socialiste (Madame AZZAZ) aux prochaines élections municipales agite le chiffon rouge sur la question du lycée pour Châtillon.

Nous vous proposons un coup de projecteur sur ces 15 dernières années pour comprendre pourquoi aujourd’hui nous n’avons pas de lycée et pourquoi nous n’en aurons pas avant une dizaine d’années a minima….

Ce qu’il faut savoir c’est que la compétence de la construction, de l’entretien et du fonctionnement des lycées d’enseignement général  appartient à la Région.

Pendant 11 ans (de 2004 à 2015), la Région Ile-de-France était présidée par Jean-Paul Huchon et sa majorité socialiste qui ont largement sous-estimé les besoins en lycées dans les Hauts-de-Seine. Le budget consacré à  l’entretien et à  la restauration patrimoniale des établissements.était largement sous estimé.

En effet, dès l’arrivée de Valérie Pécresse et de la nouvelle majorité régionale, un diagnostic a été posé sur l’état des 465 lycées d’Ile-de-France. Le constat est sans appel  : 1 établissement sur 3 était vétuste et 10 % en sureffectifs !

La nouvelle majorité de la Région a alors adopté en novembre 2017 un plan d’urgence pour les lycées franciliens de 5 milliards d’euros qui s’étale jusqu’en 2027. 

C’est un plan très ambitieux qui a pour objectif non seulement la construction et la rénovation des lycées d’Ile-de-France (pour 4 milliards d’euros) mais aussi leur sécurisation et leur développement numérique.

500 millions d’euros seront investis sur 10 ans pour la création de 4 nouveaux lycées dans les Hauts-de-Seine dont deux dans le sud du département : à Bagneux et au Plessis-Robinson.

Depuis 2015, Nadège Azzaz siège au Conseil régional et est chef de file du groupe socialiste de la Région Ile-de-France.

Alors pourquoi avoir attendu tout ce temps pour agir concrètement à la construction d’un lycée à Châtillon alors que les études avançaient au Conseil régional ?  

A 6 mois des élections municipales, annoncer l’ouverture de négociations avec la Région relève purement d’un artifice électoral.

Faut-il rappeler qu’il faut au moins 10 ans pour mener à son terme tout le processus menant à l’ouverture d’un lycée ! Et que la décision d’implantation d’un lycée se fait sur la base de critères objectifs de population et de projections à moyens termes.

La vérité sur le lycée à Châtillon, c’est qu’il n’y a eu aucune volonté du maire ni des élus socialistes en responsabilité depuis 2004 pour négocier un lycée à Châtillon.

L’autre vérité est que deux lycées vont être construits dans deux villes voisines de Châtillon. Leur capacité d’accueil a été très probablement calculée en prenant en compte les futurs lycéens Châtillonnais à moyen et long terme.

Il n’est pas correct, uniquement pour des fins électoralistes, de manipuler les Châtillonnais 

Il est grand temps de travailler sur des projets réalistes et de cesser la démagogie!

COLLÈGES : REFONTE DE LA SECTORISATION

Lors des Conseils d’Administration des collèges George Sand et Paul Eluard qui se sont tenus les 6 et 8 novembre 2018, une présentation de la refonte de la sectorisation a été présentée par la DECC (Direction de l’Education, de la Citoyenneté et des Collèges du Département).

Afin de rééquilibrer progressivement les effectifs des collèges et de maintenir les effectifs du collège George Sand proche des 500 élèves, une modification de la sectorisation est nécessaire.

Aussi, à partir de la rentrée 2019, les élèves de 6ème qui résident dans le secteur des Sablons (rue Jeanne Hachette, rue Jeanne d’Arc, rue Pierre Brossolette côté pair du 14 au 18 et villa des Paroseaux) et dans le secteur de la pointe Porte Nord (allée Berlioz, allée Rameau, allée Ravel, Boulevard de Stalingrad, Villa Eugénie, avenue Marcellin Berthelot du 1 au 17 et du 2 au 10) seront désormais affectés au Collège Paul Eluard.

Les familles s’inquiètent de l’augmentation des distances à parcourir pour leurs enfants, avec la contrainte de prendre le bus pour certains et la contrainte de traverser de nombreuses voies de circulation avec tous les problèmes de sécurité associés pour d’autres.

La projection qui est faite de l’évolution des effectifs repose sur la liste fournie par la commune des constructions livrées ou en cours de livraison.

Elle ne tient pas en compte les constructions à venir sur la commune après 2022, ce qui explique que le Département considère à l’heure actuelle qu’il n’y a pas de nécessité à court terme d’envisager une extension du collège George Sand.

C’est pourquoi, j’insiste sur l’urgence d’engager une étude détaillée et approfondie des perspectives d’effectifs qui prendra aussi en compte les projets des nouveaux quartiers suivants :

– L’ONERA dont la livraison est prévue d’ici 7 ans.

– Le PANOMARA à Clamart limitrophe de Châtillon dont les livraisons sont prévues d’ici 2 ans. Ce projet risque de remettre en cause l’affectation des 84 élèves Châtillonnais accueillis actuellement dans le collège Alain Fournier à Clamart et celle à venir des collégiens habitant le secteur sud de la commune.

Cette étude approfondie permettra au Département de décider :

– Soit l’extension du Collège George Sand en lieu et place de l’école maternelle Jean Jaurès. Cette solution, si elle était retenue, n’aboutirait pas avant 2023 compte tenu des délais de libération du terrain que céderait la commune.

– Soit la construction d’un nouveau collège, que l’on pourrait envisager intercommunal avec la ville de Clamart, en s’appuyant sur les terrains de l’ONERA à condition de l’intégrer rapidement au projet qui se dessine. Un nouveau collège aurait le mérite d’améliorer la répartition géographique et d’équilibrer les effectifs des collèges.

Les opportunités de terrains sur notre commune étant très limitées, il me paraît indispensable de les considérer très rapidement.

C’est pourquoi, j’ai saisi le Président du Conseil Départemental afin qu’une étude détaillée et approfondie des perspectives d’effectifs soit  très rapidement menée.

 

 

 

Dernières évolutions du dossier des affectations des collégiens au Lycée J. Monod : le départ de l’ONERA du site de Châtillon n’est-il pas l’occasion de créer un nouveau lycée ?

Le 29 juin dernier, j’ai saisi la directrice académique des difficultés rencontrées par les collégiens Châtillonnais pour leurs affectations dans le lycée de secteur Jacques Monod.

Nos interventions conjointes, avec les associations de parents d’élèves, ainsi qu’un article dans le Parisien92 qui a relayé nos inquiétudes (Article du Parisien 92) semblent porter leurs fruits même si nous restons vigilant.

 

Extraits de l’article du Parisien 92 du 05/07/2018

Voici la réponse reçue aujourd’hui de la directrice académique:

MF-AC-BATAILLE-05-07-2018

Nous ne pouvons nous satisfaire des réponses apportées surtout lorsqu’on lit les déclarations de Mme Fis qui reconnait que le lycée Jacques Monod « n’arrive plus à absorber la démographie » des villes de  Châtillon et de Clamart !

Avec les nouvelles constructions qui se multiplient dans notre commune mais aussi dans le quartier du Panorama à Clamart, il est certain que cette démographie n’ira pas en déclinant, bien au contraire !

Face à ces enjeux, qui auraient dû être anticipés bien en amont, la situation n’est pourtant pas désespérée. En effet, l’ONERA est enfin prête à quitter le site de Châtillon après plus d’une décennie de tergiversations.

Article dans La Tribune du 04/05/18 sur l’ONERA annonçant, enfin, le départ de l’ONERA du site de Châtillon

Capture d_écran 2018-07-06 à 17.25.16

Extrait de l’article de La Tribune du 04/05/18

Cette nouvelle opportunité, qui libèrera suffisamment de foncier, offre des perspectives à  saisir cette fois-ci pour obtenir ce nouveau lycée dont les Châtillonnais et les Clamartois auront tant besoin dans les années à venir.

Il serait temps qu’une concertation soit rapidement engagée et que la population se mobilise avec ses élus pour porter ce projet qui mettra un terme à cet engorgement pour ne pas dire cette asphyxie annoncée.

Chatillon_ONERA_Site-de-Chatillon

Photo de l’emprise foncière du site de l’ONERA à Châtillon