Archives pour la catégorie Prévention

La caravane de la sécurité routière s’arrêtera au collège Georges-Sand le 14 juin prochain

la prochaine étape de la Caravane de la Sécurité routière s’arrêtera le  jeudi 14 juin prochain au collège Georges-Sand à Châtillon.

Depuis plus de dix ans, le Département des Hauts-de-Seine propose aux collèges volontaires d’accueillir « la Caravane de la Sécurité Routière » (CSR), en collaboration avec la Préfecture et la Direction des services départementaux de l’éducation nationale des Hauts-de-Seine. Elle s’arrêtera jeudi 14 juin au collège Georges-Sand à Châtillon.

La Caravane de la Sécurité Routière est un programme de prévention et de sécurité routière destiné aux collégiens du département. Il intègre l’ensemble des enjeux de la sécurité routière et des nouvelles mobilités. C’est par le biais d’ateliers que les jeunes sont sensibilisés aux risques de la route.

Deux ateliers fondamentaux sont obligatoires : l’un autour de l’exposition de témoignages de jeunes accidentés, réalisée par le Département des Hauts-de-Seine, l’autre sur l’analyse d’accidents. Les collèges choisissent ensuite 2 ateliers supplémentaires parmi les 6 autres proposés, en fonction des projets pédagogiques des établissements.

Se sont 7 727 élèves de 61 collèges des Hauts-de-Seine qui ont ainsi été sensibilisés pendant l’année scolaire 2016-2017.

Les collégiens entrent dans la tranche d’âge la plus exposée aux risques routiers : En France, en 2014, la mortalité routière est la première cause de décès chez les 18-24 ans, ils représentent 17% des tués dans un accident de la circulation.

Dans les Hauts-de-Seine, 897 jeunes de 11 à 15 ans ont été tués ou blessés dans un accident de la circulation entre 2012 et 2016.

Ils ont représenté 8 % de l’ensemble des victimes à vélo et 13 % de l’ensemble des victimes à pied alors qu’ils constituent 6 % de la population du département.

Quant aux 14-17 ans, ils représentent 4 % de la population des Hauts-de-Seine et 17 % des usagers de cyclomoteurs victimes d’accidents corporels de la circulation routière sur la même période.

 

Premier Hackathon à La Seine Musicale les 21 & 22 juin prochains

Les 21 et 22 juin prochains, le département des Hauts-de-Seine et la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) organisent leur premier Hackathon « Innovation & Autonomie : Les attentes de séniors » à La Seine Musicale à Boulogne-Billancourt.

Ce hackathon a pour objectif d’accroître la qualité des services en faveur des seniors autonomes, dans un contexte où un quart des habitants des Hauts-de-Seine aura plus de 60 ans à l’horizon 2040. Ce hackathon s’articulera autour de 6 thématiques.

Tous les opérateurs qui auront été sélectionnés pour participer au Hackathon et qui seront présents à La Seine Musicale seront éligibles à un financement par la conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie. Les cinq lauréats du Hackathon obtiendront un financement complémentaire et une incubation de leur projet dans un Lab.

Vous y rencontrerez des experts :

  • en matière d’action sociale : sociologues, psychologues, médecins, spécialistes des usages, etc.
  • du monde de l’entreprise : experts marketing, spécialistes en financement de projets innovants,…

À cette occasion, le Département se lance pour la première fois dans le mécénat collaboratif au service de la solidarité en utilisant la technologie de la « blockchain ». Les donateurs pourront ainsi faire directement leur don à un ou plusieurs projets depuis la plateforme.

Faites un don : le don du sang

« La vie ne tient qu’à une lettre, celle de notre groupe sanguin ».

La prochaine collecte de sang aura lieu le Lundi 14 mai entre 14 h 30 et 19 h 30 au Syndicat d’initiative situé au 21 rue Gabriel Péri.

L’Etablissement Français du Sang et les malades ont besoin de la solidarité de tous !

Qui est concerné par le don du sang ?

Les accidentés de la route, les patients souffrants de maladies graves (leucémies, cancers), les hémophiles, les nourrissons qui naissent avec un sang incompatible…….

C’est environ 500 000 malades qui sont transfusés chaque année et la demande en produits sanguins ne cesse d’augmenter.

Qui peut donner son sang ?

Toute personne âgée de 18 à 70 ans, qui pèse plus de 50 kg d’être en bonne santé et de ne pas avoir été en situation à risque (rapports sexuels non protégés, voyage dans certains pays étrangers) dans les mois précédents.
Les personnes de groupe AB (seulement 4 % des Français) sont particulièrement recherchées, car leur plasma peut être transfusé à tous les malades (donneurs universels). Les Les personnes du groupe B (9 % de la population) sont également recherchées.

Donner son sang ne comporte aucun risque pour le donneur.

10 000 dons de sang sont nécessaires chaque jour pour soigner les patients.

L’EFS et les malades ont besoin de la solidarité de tous !

40x60_AFFICHE GENERIQUE_JE DONNE_EFS_2016_v3.indd

Visite et échanges avec l’équipe de l’Espace Départemental d’Actions Sociales (EDAS) à Châtillon

Ce matin, avec Élodie CLAIR, Directrice générale adjointe en charge des solidarités au Conseil Départemental des Hauts-de-Seine, nous avons rencontré l’équipe professionnelle, expérimentée et dynamique de l’EDAS (Espace Départemental d’Actions Sociales) actuelle de Châtillon.

Ca a été l’occasion d’échanger avec l’ensemble des assistants sociaux, conseillers en économie sociale et familiale, personnels administratifs ou techniciens de l’intervention sociale et familiale sur les différentes problématiques rencontrées sur le terrain ou en interne.

Nous avons également profité d’être tous réunis pour visiter les futurs locaux du pôle Solidarité Départementale des villes de Châtillon, Montrouge et Malakoff qui accueilleront, dès janvier 2019, sur un même site, l’EDAS, l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance), la PMI (Protection Maternelle et Infantile), Le CPEF (Centre de Planification et d’Education Familiale) et une antenne MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées).

Véritables points d’ancrages locaux de l’action sociale dans le département, les espaces départementaux d’actions sociales des Hauts-de-Seine regroupent 658 professionnels,
qu’ils soient assistants sociaux, conseillers en économie sociale et familiale, personnels administratifs ou techniciens de l’intervention sociale et familiale.

Merci pour l’engagement, l’écoute et le professionnalisme que l’ensemble de l’équipe met au service des usagers.

EDAS – 39 rue Louveau – CHATILLON. 92320.

Telephone :01.55.48.03.30.

Du lundi au vendredi : 9h00-12h30 / 13h30-17h30.

Futur espace du Pôle Solidarité Chataillon

Noël solidaire pour les Châtillonnais isolés

Pour rompre la solitude des personnes les plus vulnérables à l’approche des fêtes de fin d’année, l’Institut des Hauts-de-Seine en partenariat avec le Département des Hauts-de-Seine, a invité  hier 25 séniors de Châtillon à  assister à un spectacle féérique, festif et gourmand sur l’Ile Marrante à Colombes.

Samedi 25 novembre 2017 : Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Le Centre Flora Tristan et SOS Femmes Alternative ont le plaisir de vous informer de la mise en ligne de leur site internet : www.centrefloratristan.org

Si vous souhaitez en savoir plus sur les violences conjugales

Si vous souhaitez disposer d’un discours pour combattre les idées reçues

Si vous êtes vous même victime savoir quoi faire ou encore témoigner de votre parcours

Si vous souhaitez soutenir et faire un don

Le Centre Flora Tristan a été le premier centre d’hébergement pour femmes victimes de violences conjugales créé en France en 1978.

Depuis, il a accueilli, hébergé et accompagné des milliers de femmes et enfants.

Chaque jour, l’équipe de ce centre développe des actions qui leur permettent d’avancer vers leur autonomie.

Inauguration de la maison digitale au centre Flora Tristan

Hier, mercredi 8 novembre, j’ai eu la joie d’inaugurer avec Jean-Claude Carepel, 1er adjoint au Maire, la « maison digitale » dédiée aux femmes victimes de violences conjugales hébergées au sein du centre Flora Tristan de  Châtillon.

Financée par la Fondation Orange et animée par les bénévoles d’Orange
Solidarités, cette maison digitale a pour objectif de lutter contre la fracture numérique dont sont victimes les femmes hébergées dans ce centre.

Flora tristan 8 11 17

Elle cherchera à leur permettre d’accueillir rapidement l’autonomie
numérique qui leur manque souvent au sortir des violences conjugales.

Article du Parisien en cliquant sur le lien ci-dessous:

http://www.leparisien.fr/chatillon-92320/a-chatillon-des-femmes-victimes-de-violences-se-reconstruisent-par-le-numerique-08-11-2017-7381431.php

© S. Liedot