Archives pour la catégorie Prévention

LES ECOLES FRANÇAISES DES FEMMES CELEBRENT LEURS 10 ANS

Je suis très fière et honorée d’avoir participé hier aux côtés de l’Institut des Hauts-De-Seine pour célébrer les  10 ans des Ecoles Françaises des Femmes, lieux de transformation sociale et d’émancipation.

Lorsqu’une femme accède à l’instruction, elle peut faire des choix qui lui permettent d’améliorer considérablement sa vie ! 
Avoir accès à la culture, savoir lire, écrire, compter, maitriser les nouveaux supports d’information et de communication, permet à toute femme d’exercer ses droits fondamentaux et lui donne l’assurance de construire son avenir.
Ces lieux d’échanges et de savoir  proposent un programme d’enseignement général aux femmes qui souhaitent se perfectionner en français, enrichir leur culture dans le but de trouver un emploi, utiliser un ordinateur et améliorer leur connaissance professionnelle afin de s’intégrer plus facilement dans la société française.
Ces écoles s’adressent à toutes les femmes de tous âges, de toutes conditions sociales, diplômées ou non.
Les Ecoles Françaises des Femmes réunissent majoritairement des femmes en recherche d’emploi, bénéficiaires du RSA, les femmes migrantes, les femmes isolées ou en situation de précarité.
L’Ecole Francaise des Femmes en quelques chiffres :
6 Ecoles Francaises des Femmes dans les Hauts-de-Seine
1 Ecole Francaise des Femmes dans le sYvelines
400 femmes de 65 nationalités différentes se sont inscrites à la rentrée 2018
60 femmes ont obtenu en 2018 un Diplôme de Langue Francaise
20 professeurs diplômés 
28 heures e cours hebdomadaire
2 000 apprenantes se sont inscrites au seine des Ecoles en 10 ans
1 126 000 € représente le budget consacré aux 7 Ecoles Francaises des Femmes en 2019
ecole des femmes 2
ecole des femmes 4

Vendeurs à la sauvette, ça SUFFIT !

Depuis des mois, on assiste à une recrudescence de vendeurs à la sauvette et de camelots en tout genre qui occupent illégalement les abords de la station de métro « Châtillon-Montrouge » et du terminus T6 en officiant en totale impunité.

Ce sont des milliers d’usagers du métro, de passants et de riverains qui empruntent quotidiennement ce secteur et qui se retrouvent spectateurs et témoins impuissants d’une situation qui se dégrade chaque jour un peu plus.

C’est pourquoi, j’ai alerté le Maire et lui demande de bien vouloir user de ses pouvoirs de police afin de mettre un terme à cette zone de chalandise pour le moins inappropriée et qui prend chaque semaine un peu plus d’ampleur.

Je  lui demande de mener des actions concrètes et efficaces contre la vente illicite de cigarettes de contrebande, fruits et légumes et autres maïs ou marrons grillés dont la qualité et la sécurité alimentaire ne sont ni garanties, ni respectées.

Il y a urgence à ce que cette situation qui perturbe tout un secteur de notre ville soit sérieusement et au plus vite  traitée !

PRIX NOBEL DE LA PAIX 2018 : un combat récompensé et reconnu !

Un chirurgien et une victime récompensés  :                    un symbole fort !

Denis MUKWEGE médecin congolais et Nadia MURAD jeune femme yezidie ancienne esclave sexuelle de l’Etat islamique reçoivent le prix NOBEL DE LA PAIX 2018.

Les deux lauréats sont honorés pour leur lutte contre les violences sexuelles et toutes sortes d’exaction faites aux femmes en temps de guerre.

Souhaitons que prix soit accompagné  de réactions de la communauté internationale et d’actions concrètes sur le terrain afin que la sécurité et les droits fondamentaux des femmes soient reconnus, respectés et préservés en temps de guerre.

Très grand respect et encouragement à vous pour votre courage, votre détermination et votre engagement !

Stop aux rodéos urbains

A l’arrivée des  beaux jours, les rodéos urbains sont de retour…

En scooters débridés ou petites motos, ils roulent à tombeau ouvert en ignorant les stops, les feux rouges, les sens de circulation, les voies vélos, les tramways, les trottoirs et parfois même les piétons. Ces « rodéos » urbains posent de graves problèmes de sécurité pour les pilotes (sans casque) comme pour les autres usagers de la route.

Alors que le parlement débattra prochainement de cette question, j’ai alerté le Préfet des Hauts-de-Seine afin qu’il mette en place un plan anti-rodéos.

Courrier Rodeos

Mise en place du numéro unique PMI et CPEF

Depuis ce lundi 18 juin 2018, les usagers des centres de PMI (protection maternelle infantile) et CPEF (centre de planification et d’éducation familiale) des villes de Châtillon, Châtenay-Malabry, Le Plessis-Robinson, Montrouge, Malakoff, Clamart et Meudon peuvent désormais joindre le 0 806 00 00 92 afin d’être mis en relation avec un service spécifique chargé de répondre à toutes vos questions et de prendre rendez-vous.

logo département

La caravane de la sécurité routière s’arrêtera au collège Georges-Sand le 14 juin prochain

la prochaine étape de la Caravane de la Sécurité routière s’arrêtera le  jeudi 14 juin prochain au collège Georges-Sand à Châtillon.

Depuis plus de dix ans, le Département des Hauts-de-Seine propose aux collèges volontaires d’accueillir « la Caravane de la Sécurité Routière » (CSR), en collaboration avec la Préfecture et la Direction des services départementaux de l’éducation nationale des Hauts-de-Seine. Elle s’arrêtera jeudi 14 juin au collège Georges-Sand à Châtillon.

La Caravane de la Sécurité Routière est un programme de prévention et de sécurité routière destiné aux collégiens du département. Il intègre l’ensemble des enjeux de la sécurité routière et des nouvelles mobilités. C’est par le biais d’ateliers que les jeunes sont sensibilisés aux risques de la route.

Deux ateliers fondamentaux sont obligatoires : l’un autour de l’exposition de témoignages de jeunes accidentés, réalisée par le Département des Hauts-de-Seine, l’autre sur l’analyse d’accidents. Les collèges choisissent ensuite 2 ateliers supplémentaires parmi les 6 autres proposés, en fonction des projets pédagogiques des établissements.

Se sont 7 727 élèves de 61 collèges des Hauts-de-Seine qui ont ainsi été sensibilisés pendant l’année scolaire 2016-2017.

Les collégiens entrent dans la tranche d’âge la plus exposée aux risques routiers : En France, en 2014, la mortalité routière est la première cause de décès chez les 18-24 ans, ils représentent 17% des tués dans un accident de la circulation.

Dans les Hauts-de-Seine, 897 jeunes de 11 à 15 ans ont été tués ou blessés dans un accident de la circulation entre 2012 et 2016.

Ils ont représenté 8 % de l’ensemble des victimes à vélo et 13 % de l’ensemble des victimes à pied alors qu’ils constituent 6 % de la population du département.

Quant aux 14-17 ans, ils représentent 4 % de la population des Hauts-de-Seine et 17 % des usagers de cyclomoteurs victimes d’accidents corporels de la circulation routière sur la même période.

 

Premier Hackathon à La Seine Musicale les 21 & 22 juin prochains

Les 21 et 22 juin prochains, le département des Hauts-de-Seine et la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) organisent leur premier Hackathon « Innovation & Autonomie : Les attentes de séniors » à La Seine Musicale à Boulogne-Billancourt.

Ce hackathon a pour objectif d’accroître la qualité des services en faveur des seniors autonomes, dans un contexte où un quart des habitants des Hauts-de-Seine aura plus de 60 ans à l’horizon 2040. Ce hackathon s’articulera autour de 6 thématiques.

Tous les opérateurs qui auront été sélectionnés pour participer au Hackathon et qui seront présents à La Seine Musicale seront éligibles à un financement par la conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie. Les cinq lauréats du Hackathon obtiendront un financement complémentaire et une incubation de leur projet dans un Lab.

Vous y rencontrerez des experts :

  • en matière d’action sociale : sociologues, psychologues, médecins, spécialistes des usages, etc.
  • du monde de l’entreprise : experts marketing, spécialistes en financement de projets innovants,…

À cette occasion, le Département se lance pour la première fois dans le mécénat collaboratif au service de la solidarité en utilisant la technologie de la « blockchain ». Les donateurs pourront ainsi faire directement leur don à un ou plusieurs projets depuis la plateforme.

Faites un don : le don du sang

« La vie ne tient qu’à une lettre, celle de notre groupe sanguin ».

La prochaine collecte de sang aura lieu le Lundi 14 mai entre 14 h 30 et 19 h 30 au Syndicat d’initiative situé au 21 rue Gabriel Péri.

L’Etablissement Français du Sang et les malades ont besoin de la solidarité de tous !

Qui est concerné par le don du sang ?

Les accidentés de la route, les patients souffrants de maladies graves (leucémies, cancers), les hémophiles, les nourrissons qui naissent avec un sang incompatible…….

C’est environ 500 000 malades qui sont transfusés chaque année et la demande en produits sanguins ne cesse d’augmenter.

Qui peut donner son sang ?

Toute personne âgée de 18 à 70 ans, qui pèse plus de 50 kg d’être en bonne santé et de ne pas avoir été en situation à risque (rapports sexuels non protégés, voyage dans certains pays étrangers) dans les mois précédents.
Les personnes de groupe AB (seulement 4 % des Français) sont particulièrement recherchées, car leur plasma peut être transfusé à tous les malades (donneurs universels). Les Les personnes du groupe B (9 % de la population) sont également recherchées.

Donner son sang ne comporte aucun risque pour le donneur.

10 000 dons de sang sont nécessaires chaque jour pour soigner les patients.

L’EFS et les malades ont besoin de la solidarité de tous !

40x60_AFFICHE GENERIQUE_JE DONNE_EFS_2016_v3.indd

Visite et échanges avec l’équipe de l’Espace Départemental d’Actions Sociales (EDAS) à Châtillon

Ce matin, avec Élodie CLAIR, Directrice générale adjointe en charge des solidarités au Conseil Départemental des Hauts-de-Seine, nous avons rencontré l’équipe professionnelle, expérimentée et dynamique de l’EDAS (Espace Départemental d’Actions Sociales) actuelle de Châtillon.

Ca a été l’occasion d’échanger avec l’ensemble des assistants sociaux, conseillers en économie sociale et familiale, personnels administratifs ou techniciens de l’intervention sociale et familiale sur les différentes problématiques rencontrées sur le terrain ou en interne.

Nous avons également profité d’être tous réunis pour visiter les futurs locaux du pôle Solidarité Départementale des villes de Châtillon, Montrouge et Malakoff qui accueilleront, dès janvier 2019, sur un même site, l’EDAS, l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance), la PMI (Protection Maternelle et Infantile), Le CPEF (Centre de Planification et d’Education Familiale) et une antenne MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées).

Véritables points d’ancrages locaux de l’action sociale dans le département, les espaces départementaux d’actions sociales des Hauts-de-Seine regroupent 658 professionnels,
qu’ils soient assistants sociaux, conseillers en économie sociale et familiale, personnels administratifs ou techniciens de l’intervention sociale et familiale.

Merci pour l’engagement, l’écoute et le professionnalisme que l’ensemble de l’équipe met au service des usagers.

EDAS – 39 rue Louveau – CHATILLON. 92320.

Telephone :01.55.48.03.30.

Du lundi au vendredi : 9h00-12h30 / 13h30-17h30.

Futur espace du Pôle Solidarité Chataillon

Noël solidaire pour les Châtillonnais isolés

Pour rompre la solitude des personnes les plus vulnérables à l’approche des fêtes de fin d’année, l’Institut des Hauts-de-Seine en partenariat avec le Département des Hauts-de-Seine, a invité  hier 25 séniors de Châtillon à  assister à un spectacle féérique, festif et gourmand sur l’Ile Marrante à Colombes.