Archives pour la catégorie Prévention

Le retour insupportable des rodéos urbains

Une année a passé depuis mon dernier courrier au Préfet et cette année encore, avec l’arrivée de l’été, les rodéos urbains recommencent.

J’ai donc une nouvelle fois interpellé le Préfet afin que cela cesse au plus vite. ↓

Courrier Rodeos juin 2019

Vendeurs à la sauvette : j’ai invité tous les acteurs concernés à se réunir courant juin

La semaine dernière, j’ai  une nouvelle fois attiré l’attention du Préfet des Hauts-de-Seine, du Procureur de la République, du directeur de la sécurité et de la proximité des Hauts-de-Seine, du Commissaire de la Police nationale de Châtillon-Montrouge, du Vice-Président du Conseil régional en charge de la sécurité, du Directeur de la sécurité de la RATP, du Directeur de la ligne 13, du Maire de Châtillon et du Maire de Montrouge  sur la situation de la sortie de métro ligne 13 de Châtillon.

En effet, on assiste depuis des mois à une recrudescence de vendeurs à la sauvette en tout genre qui occupent illégalement les abords de la station de métro «Châtillon-Montrouge » et du terminus T6.

Nous sommes des milliers d’usagers du métro, de passants et de riverains, à emprunter quotidiennement ce secteur.

Nous nous retrouvons spectateurs et témoins impuissants d’une situation qui se dégrade chaque jour un peu plus et le climat d’insalubrité et d’insécurité s’accroit.

Cette situation est bien connue de tous les services que j’ai interpellés et de nombreuses actions ont été menées.

La police nationale procède à de très nombreuses et régulières interpellations et saisies de cigarettes principalement.

La police municipale investit régulièrement l’espace par une présence accrue.

Le parquet sanctionne par un  rappel à la loi les interpellés, qui, dès le lendemain, réinvestissent les lieux.

Mais à l’évidence, toutes ces actions ne sont pas suffisantes.

Ces vendeurs à la sauvette, migrants pour la plupart, n’ont malheureusement trouvé d’autre moyen pour subsister.

Il faut désormais que nous arrivions à remonter la filière et démanteler ce réseau qui profite et exploite sans vergogne cette misère humaine.

Le commerce illicite du tabac de contrebande ou de contrefaçon contribue à financer des réseaux et organisations souvent mafieuses.

Il est urgent de mettre un terme à cette situation.  Cela ne se fera pas sans un travail mutuel associant nos diverses compétences dans nos domaines respectifs en menant des actions transversales.

Il est urgent que nous menions des opérations conjointes!

C’est pourquoi, j’ai écrit la semaine dernière à tous les acteurs concernés afin d’organiser une réunion courant juin, au Conseil départemental.  C’est en nous mettant tous autour de la table pour échanger que nous envisagerons des solutions concrètes et pérennes et que nous réussirons à endiguer cette situation qui n’a que trop duré.

Je reviendrai vers vous pour vous tenir informés des suites de ma démarche et des actions qui seront menées pour faire bouger les choses.

PHOTO VENDEUR CIGARETTE SORTIE METRO

LES ECOLES FRANÇAISES DES FEMMES CELEBRENT LEURS 10 ANS

Je suis très fière et honorée d’avoir participé hier aux côtés de l’Institut des Hauts-De-Seine pour célébrer les  10 ans des Ecoles Françaises des Femmes, lieux de transformation sociale et d’émancipation.

Lorsqu’une femme accède à l’instruction, elle peut faire des choix qui lui permettent d’améliorer considérablement sa vie ! 
Avoir accès à la culture, savoir lire, écrire, compter, maitriser les nouveaux supports d’information et de communication, permet à toute femme d’exercer ses droits fondamentaux et lui donne l’assurance de construire son avenir.
Ces lieux d’échanges et de savoir  proposent un programme d’enseignement général aux femmes qui souhaitent se perfectionner en français, enrichir leur culture dans le but de trouver un emploi, utiliser un ordinateur et améliorer leur connaissance professionnelle afin de s’intégrer plus facilement dans la société française.
Ces écoles s’adressent à toutes les femmes de tous âges, de toutes conditions sociales, diplômées ou non.
Les Ecoles Françaises des Femmes réunissent majoritairement des femmes en recherche d’emploi, bénéficiaires du RSA, les femmes migrantes, les femmes isolées ou en situation de précarité.
L’Ecole Francaise des Femmes en quelques chiffres :
6 Ecoles Francaises des Femmes dans les Hauts-de-Seine
1 Ecole Francaise des Femmes dans le sYvelines
400 femmes de 65 nationalités différentes se sont inscrites à la rentrée 2018
60 femmes ont obtenu en 2018 un Diplôme de Langue Francaise
20 professeurs diplômés 
28 heures e cours hebdomadaire
2 000 apprenantes se sont inscrites au seine des Ecoles en 10 ans
1 126 000 € représente le budget consacré aux 7 Ecoles Francaises des Femmes en 2019
ecole des femmes 2
ecole des femmes 4

Stop aux rodéos urbains

A l’arrivée des  beaux jours, les rodéos urbains sont de retour…

En scooters débridés ou petites motos, ils roulent à tombeau ouvert en ignorant les stops, les feux rouges, les sens de circulation, les voies vélos, les tramways, les trottoirs et parfois même les piétons. Ces « rodéos » urbains posent de graves problèmes de sécurité pour les pilotes (sans casque) comme pour les autres usagers de la route.

Alors que le parlement débattra prochainement de cette question, j’ai alerté le Préfet des Hauts-de-Seine afin qu’il mette en place un plan anti-rodéos.

Courrier Rodeos

Mise en place du numéro unique PMI et CPEF

Depuis ce lundi 18 juin 2018, les usagers des centres de PMI (protection maternelle infantile) et CPEF (centre de planification et d’éducation familiale) des villes de Châtillon, Châtenay-Malabry, Le Plessis-Robinson, Montrouge, Malakoff, Clamart et Meudon peuvent désormais joindre le 0 806 00 00 92 afin d’être mis en relation avec un service spécifique chargé de répondre à toutes vos questions et de prendre rendez-vous.

logo département

Premier Hackathon à La Seine Musicale les 21 & 22 juin prochains

Les 21 et 22 juin prochains, le département des Hauts-de-Seine et la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) organisent leur premier Hackathon « Innovation & Autonomie : Les attentes de séniors » à La Seine Musicale à Boulogne-Billancourt.

Ce hackathon a pour objectif d’accroître la qualité des services en faveur des seniors autonomes, dans un contexte où un quart des habitants des Hauts-de-Seine aura plus de 60 ans à l’horizon 2040. Ce hackathon s’articulera autour de 6 thématiques.

Tous les opérateurs qui auront été sélectionnés pour participer au Hackathon et qui seront présents à La Seine Musicale seront éligibles à un financement par la conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie. Les cinq lauréats du Hackathon obtiendront un financement complémentaire et une incubation de leur projet dans un Lab.

Vous y rencontrerez des experts :

  • en matière d’action sociale : sociologues, psychologues, médecins, spécialistes des usages, etc.
  • du monde de l’entreprise : experts marketing, spécialistes en financement de projets innovants,…

À cette occasion, le Département se lance pour la première fois dans le mécénat collaboratif au service de la solidarité en utilisant la technologie de la « blockchain ». Les donateurs pourront ainsi faire directement leur don à un ou plusieurs projets depuis la plateforme.

Faites un don : le don du sang

« La vie ne tient qu’à une lettre, celle de notre groupe sanguin ».

La prochaine collecte de sang aura lieu le Lundi 14 mai entre 14 h 30 et 19 h 30 au Syndicat d’initiative situé au 21 rue Gabriel Péri.

L’Etablissement Français du Sang et les malades ont besoin de la solidarité de tous !

Qui est concerné par le don du sang ?

Les accidentés de la route, les patients souffrants de maladies graves (leucémies, cancers), les hémophiles, les nourrissons qui naissent avec un sang incompatible…….

C’est environ 500 000 malades qui sont transfusés chaque année et la demande en produits sanguins ne cesse d’augmenter.

Qui peut donner son sang ?

Toute personne âgée de 18 à 70 ans, qui pèse plus de 50 kg d’être en bonne santé et de ne pas avoir été en situation à risque (rapports sexuels non protégés, voyage dans certains pays étrangers) dans les mois précédents.
Les personnes de groupe AB (seulement 4 % des Français) sont particulièrement recherchées, car leur plasma peut être transfusé à tous les malades (donneurs universels). Les Les personnes du groupe B (9 % de la population) sont également recherchées.

Donner son sang ne comporte aucun risque pour le donneur.

10 000 dons de sang sont nécessaires chaque jour pour soigner les patients.

L’EFS et les malades ont besoin de la solidarité de tous !

40x60_AFFICHE GENERIQUE_JE DONNE_EFS_2016_v3.indd