Archives pour la catégorie Avenir pour Châtillon

6 mois de consultation participative : un véritable succès pour l’avenir de Châtillon avec plus de 1000 participants

Il y a 6 mois, nous avons lancé une consultation participative pour recueillir vos  attentes pour l’avenir de Châtillon. Comme vous le savez, notre seul objectif est d’être à votre écoute et de répondre à vos préoccupations.

Aujourd’hui, vous êtes plus de 1000 participants, c’est un succès et nous sommes fiers de votre confiance.

Nous nous engageons à prendre en compte toutes vos réponses, vos observations et vos propositions, dans le programme que nous vous présenterons dans quelques semaines.

Il vous reste encore quelques jours pour participer :

En cliquant ici :tracte pop art dl

Avec vous, nous nous engageons pour Châtillon.

Ensemble, nous partageons l’ambition que chacun y vive encore mieux demain qu’aujourd’hui.

 

LA PRIORITÉ DE LA MAJORITÉ MUNICIPALE : UN STUDIO D’ENREGISTREMENT A UN MILLION D’EUROS – 1 000 000 €

STOP À LA FOLIE DES GRANDEURS !

Si nous ne sommes pas opposés à la réalisation d’un second studio d’enregistrement pour nos jeunes musiciens, nous n’acceptons pas que celui-ci soit réalisé à n’importe quel prix !

En effet,  alors que le budget prévisionnel initial de cette opération s’élevait à 350 000 €, son coût approcherait aujourd’hui 1000 000 € en raison de contraintes de faisabilité sous estimées!!

Oui, UN MILLION D’EUROS !!

Subventionné à hauteur de 70% par le Département des Hauts de Seine, soit  245 000 €, le projet ne devait initialement coûter que 105 000 € à la Ville. S’il devait aboutir, c’est  un montant 7,5 fois plus élevé que la Ville et les Châtillonnais auront à financer !!

Sans remettre en cause son utilité,  nous sommes très préoccupés par les dérives financières  de ce nouvel équipement culturel.

L’équipe municipale en place a choisi de réaliser ce studio d’enregistrement dans le bâtiment central du stade Guy Moquet, construction datant de 1933 qui nécessite d’être entièrement confortée et restructurée pour ce nouvel usage.

Nous pensons que l’implantation de cet équipement culturel en plein cœur d’un complexe sportif est un non-sens et que les infrastructures dédiées aux sports de la commune étant saturées, il serait plus judicieux de satisfaire les attentes de nos sportifs.

Nous sommes stupéfaits que près de 600 000 € puissent être investis sans aucune prévision alors que de nombreux travaux, à nos yeux prioritaires, sont toujours en attente, faute de budget nous dit-on !

A quelques mois des élections, un Avenir pour Châtillon s’interroge sur les réelles motivations de la majorité municipale.

Aussi, nous demandons expressément au Maire,  déjà saisi par courrier par notre groupe, que ce projet de studio d’enregistrement au coût pharaonique soit immédiatement stoppé.

Nous proposons :

– d’étudier la possibilité de réaliser un nouvel équipement sportif durable à l’emplacement du bâtiment actuel,

– de trouver pour le futur studio d’enregistrement un emplacement approprié à l’activité et à un coût proche du budget initial.

Un Avenir pour Châtillon présentera un vœu en ce sens lors du prochain conseil municipal du 18 décembre 2019.

 

Retour en images sur un week-end riche en échanges et rencontres

Encore un week-end riche en échanges et rencontres à l’occasion des commémorations de la mort du Général de Gaulle et des cérémonies de l’armistice du 11 novembre au cours desquelles j’ai déposé des gerbes au nom du Président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine.

Un demi-siècle après sa mort, la mémoire du Général de Gaulle reste très présente. Grand résistant et libérateur de la France, ses valeurs et son courage restent pour moi une inspiration et un exemple à suivre. Je suis heureuse de lui avoir rendu hommage accompagnée de Frédéric Rignault, Châtillonnais et Délégué Général adjoint du Souvenir Français des Hauts-de-Seine.

 

Le devoir de mémoire doit rester vivant. Nous devons continuer à faire vivre la flamme du souvenir pour que les jeunes générations n’oublient jamais tous ces morts, toutes ces souffrances, tous ces soldats qui se sont sacrifiés pour la paix. A cette occasion, j’ai déposé une gerbe accompagnée de Clémence et Jules, jeunes ambassadeurs pour la Paix.

 

 

 

Avis d’enquête publique ! L’avenir du quartier des ARUES en jeu !

Un avis d’enquête publique relative à la modification du plan local d’urbanisme (PLU) de la commune de Châtillon est en cours pour la période du 24 octobre au 22 novembre 2019.

Cette modification concerne l’aménagement de la zone d’activités des Arues dont le périmètre est défini entre l’avenue de la République, la rue Louveau, rue Perrotin et Coulée verte. 

image plu modification n°3 ARUES

Pendant toute la durée de cette enquête, tous les châtillonnais sont invités à consulter les dossiers et à faire part de vos remarques et/ou propositions :

– registre d’enquête au Service Urbanisme de Châtillon, situé au Centre administratif  de Châtillon (79 rue Pierre Semard) 
– internet via le lien suivant : http://modification3-plu-chatillon.enquetepublique.net.

Notre  groupe un Avenir Pour Châtillon a adressé un courrier au  préfet des Hauts-de-Seine le 19 juin 2019  remettant en cause le projet présenté en avril 2019 au Conseil municipal.Ce projet prévoyait sur cette zone la construction de 80 000 m2 de bureaux et d’activités  alors que  le PLU actuel permet de construire jusqu’à 160 000 m2 d’activités !

Nous sommes favorables à  une modification du PLU qui permettra une diminution des droits à construire.

En revanche, nous ne sommes pas d’accord sur les  orientations d’aménagement et de programmation qui méritent une étude  approfondie prenant  en compte  les contraintes de la transition énergétique, des enjeux écologiques et environnementaux et de la mixité sociale associée à un équilibre habitat / activité économique. 

Nous voulons un eco-quartier !

Ce projet doit être présenté et partagé avec les châtillonnais !

Nous demandons une étude fine des besoins en équipements prenant en compte l’évolution à court et moyen terme du nombre d’habitants. .Cette étude devra répondre aux nombreuses interrogations sur les équipements scolaires et périscolaires ( crèches, écoles, collège, lycée), sur les équipements sportifs où des seuils de saturation sont atteints et sur le logement social où le taux obligatoire de 25% n’est pas atteint et devrait se détériorer avec les livraisons des nombreux logements privés en cours de réalisation.

Le maire n’ayant plus de majorité sur les points d’urbanisme au Conseil municipal, nous demandons que cette procédure d’aménagement et de modification du PLU soit gelée jusqu’aux nouvelles élections municipales pour qu’elle soit portée par la nouvelle équipe qui aura obtenu  la confiance des châtillonnais en mars 2020.

Notre groupe un Avenir Pour Châtillon alerte sur le fait  que les zones des ARUES et de l’ONERA font partie des derniers grands terrains sur lesquels  de nouveaux quartiers très structurants pour l’avenir vont être créés avec une opportunité à saisir de construction d’équipements publics.

Nous rappelons que  le groupe un Avenir Pour Châtillon demande  également  une modification du PLU pour la zone ONERA car sur cette zone il  n’existe aucune contrainte pour limiter la constructibilité et obtenir les équipements nécessaires. Malgré une intervention et un voeu au Conseil municipal du 4 juillet 2019 cette modification de PLU n’est toujours pas d’actualité.

Pas de lycée AVANT 10 ANS : des erreurs partagées

 

Un lycée à Châtillon, pourquoi le coche a été manqué !

Alors que  la candidate socialiste (Madame AZZAZ) aux prochaines élections municipales agite le chiffon rouge sur la question du lycée pour Châtillon.

Nous vous proposons un coup de projecteur sur ces 15 dernières années pour comprendre pourquoi aujourd’hui nous n’avons pas de lycée et pourquoi nous n’en aurons pas avant une dizaine d’années a minima….

Ce qu’il faut savoir c’est que la compétence de la construction, de l’entretien et du fonctionnement des lycées d’enseignement général  appartient à la Région.

Pendant 11 ans (de 2004 à 2015), la Région Ile-de-France était présidée par Jean-Paul Huchon et sa majorité socialiste qui ont largement sous-estimé les besoins en lycées dans les Hauts-de-Seine. Le budget consacré à  l’entretien et à  la restauration patrimoniale des établissements.était largement sous estimé.

En effet, dès l’arrivée de Valérie Pécresse et de la nouvelle majorité régionale, un diagnostic a été posé sur l’état des 465 lycées d’Ile-de-France. Le constat est sans appel  : 1 établissement sur 3 était vétuste et 10 % en sureffectifs !

La nouvelle majorité de la Région a alors adopté en novembre 2017 un plan d’urgence pour les lycées franciliens de 5 milliards d’euros qui s’étale jusqu’en 2027. 

C’est un plan très ambitieux qui a pour objectif non seulement la construction et la rénovation des lycées d’Ile-de-France (pour 4 milliards d’euros) mais aussi leur sécurisation et leur développement numérique.

500 millions d’euros seront investis sur 10 ans pour la création de 4 nouveaux lycées dans les Hauts-de-Seine dont deux dans le sud du département : à Bagneux et au Plessis-Robinson.

Depuis 2015, Nadège Azzaz siège au Conseil régional et est chef de file du groupe socialiste de la Région Ile-de-France.

Alors pourquoi avoir attendu tout ce temps pour agir concrètement à la construction d’un lycée à Châtillon alors que les études avançaient au Conseil régional ?  

A 6 mois des élections municipales, annoncer l’ouverture de négociations avec la Région relève purement d’un artifice électoral.

Faut-il rappeler qu’il faut au moins 10 ans pour mener à son terme tout le processus menant à l’ouverture d’un lycée ! Et que la décision d’implantation d’un lycée se fait sur la base de critères objectifs de population et de projections à moyens termes.

La vérité sur le lycée à Châtillon, c’est qu’il n’y a eu aucune volonté du maire ni des élus socialistes en responsabilité depuis 2004 pour négocier un lycée à Châtillon.

L’autre vérité est que deux lycées vont être construits dans deux villes voisines de Châtillon. Leur capacité d’accueil a été très probablement calculée en prenant en compte les futurs lycéens Châtillonnais à moyen et long terme.

Il n’est pas correct, uniquement pour des fins électoralistes, de manipuler les Châtillonnais 

Il est grand temps de travailler sur des projets réalistes et de cesser la démagogie!