Archives pour la catégorie Action sociale

Mesures du plan de soutien du Département en faveur de Châtillon suite à la crise sanitaire

Mesures du plan de soutien en faveur de Châtillon suite à la crise sanitaire
* Maintien du taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties à 7,08% : taux le plus faible de France pour un département, inchangé depuis plus de 10 ans.
* Mise en place d’un plan d’aides qui permet aujourd’hui d’apporter une réponse immédiate et concrète, à la fois :
– aux habitants,
– aux communes,
– aux artisans et aux petites entreprises des Hauts-de-Seine.
Il ne s’agit pas de mesures symboliques, mais d’aides très importantes, ciblées :
Les habitants  bénéficiaires de la prime d’activité recevront directement, dès le 18 juin, une aide financière complémentaire unique et forfaitaire allant de 150 € à 400 €.
Toutes les communes des Hauts-de-Seine, mises à rude épreuve ces derniers mois, seront soutenues à hauteur de 16,5 M€ au total, soit 10 € par habitant.
Pour Châtillon, cela représente une subvention exceptionnelle de 374 200 €.
Les entreprises artisanales, les TPE et PME, durement touchées elles aussi bénéficieront d’aides.
* En juillet,  une contribution de 2 M€ au titre du fonds de solidarité national de la Région, sera versée aux très petites entreprises, micro-entrepreneurs, activités libérales et associations.
Dans ce contexte, la jeunesse sera  aussi soutenue au travers des acteurs sportifs et culturels de notre commune.
* Le nouveau dispositif « Pass + » sera dorénavant étendu aux jeunes de 15 à 18 ans.
* Un « plan été » pour les vacances sera proposé aux jeunes de 11 à 25 ans, avec un large choix d’activités sportives, culturelles, solidaires, d’insertion, et des voyages au bord de la mer pour les étudiants et les jeunes travailleurs.

 

CCAS : MESURES D’URGENCE !

Nous tenons de nouveau à remercier  et à apporter tout notre soutien à l’ensemble du personnel du Centre Communal  d’Action Sociale qui est pleinement mobilisé sur le terrain depuis le début de cette crise.

A mon initiative tous les administrateurs du CCAS ont été invités à se réunir pour évaluer, réfléchir aux actions engagées avec pour objectif  premier d’accompagner et de soutenir au plus près de leurs besoins les publics les plus fragilisés.

Voici le résultat de nos réflexions, et les premiers axes d’action que nous avons dégagés et qui nous semblent devoir être mis en œuvre très rapidement.

1 – Nous demandons la distribution de 2 masques tissus  au domicile ou dans les boites aux lettres :

– des bénéficiaires des services du CCAS (maintien à domicile, transport à la demande, téléalarme et portage de repas), 

– des personnes inscrites sur le registre personnes fragiles, 

– des résidents de Charlotte Monfort. 

– des personnes soutenues et accompagnées par les associations caritatives de la commune.

2 – Nous demandons qu’une partie de l’aide financière que le Département va apporter à la Commune dans le cadre de la crise sanitaire puisse être versée au CCAS  afin d’abonder la subvention municipale.

3 – Nous demandons que les aides alimentaires d’urgence (chèques services) soient délivrés aux plus fragiles en  raccourcissant les circuits pour faire face à l’urgence.

4 – Nous demandons  de prévoir la mise à disposition d’un 2ème véhicule ainsi que leur sécurisation en terme sanitaire (plexiglass entre l’accompagnateur et la personne transportée, mise à disposition de masque et de gel et un protocole de désinfection). Les demandes de transport à la demande vont augmenter puisqu’il est préconisé aux  personnes vulnérables de ne pas utiliser les transports en commun et la plupart d’entre eux n’ont pas eu accès aux professionnels de santé depuis plusieurs mois.

5 – Nous demandons la réouverture de l’espace numérique. Les demandes de démarches administratives informatiques vont augmenter après deux mois de ralentissement.

6 – Nous demandons la mise en place d’une adresse mail dédiée aux élèves et étudiants Châtillonnais qui n’ont pas la possibilité d’imprimer à leur domicile ou dans leur entourage. 

7 – Nous demandons la sécurisation de tous les bureaux d’accueil des agents par du plexiglass ainsi que la mise à disposition de masques, de gels hydro alcooliques, dans tous les locaux du CCAS y compris la salle d’attente.

8 – Nous demandons la mise en place d’une épicerie solidaire sur la commune afin de répondre aux besoins de première nécessité  des familles en difficulté.

9 – Nous demandons la mise en place d’un comité de coordination des différentes associations caritatives mobilisées sur la commune.

10 – Nous demandons le renforcement du secteur maintien à domicile afin de répondre au mieux aux demandes émergeantes.

11 – Nous demandons la réactivation du réseau de bénévoles.

Nous avons demandé par courrier  au Maire Président du CCAS de bien vouloir réunir le Conseil d’administration avant le vendredi 15 mai 2020  afin que les administrateurs puissent  avoir les informations, débattre, délibérer et porter au vote nos propositions.

Le CCAS va devoir répondre à une forte augmentation des demandes de nos administrés les plus vulnérables ou les plus fragilisés par cette crise.

Anne-Christine Bataille, Vice-présidente du CCAS

Blandine Delfosse, Administratrice du CCAS

Susana Estevao Campos, Administratrice du CCAS

Patrice Hauchard, Administrateur du CCAS

La Solidarité au Coeur des actions du Département

La Solidarité au Coeur des actions du Département 

Le Département a engagé, depuis jeudi 16 avril après midi, une vaste opération de dépistage systématique (testsPCR, homologués) des personnes âgées les plus vulnérables, des professionnels qui aident et accompagnent à domicile et des intervenants en structure EHPAD ou Résidence Autonomie. Cette démarche de prévention généralisée s’inscrit bien entendu dans le cadre des recommandations nationales.

La situation étant préoccupante  dans certains établissement de notre commune, je suis intervenue auprès du Département des Hauts-de-Seine pour que notre commune puisse bénéficier en priorité de cette opération et qu’ils puissent être systématiquement dépistés.

L’objectif premier est de freiner la propagation du virus et d’en prévenir la diffusion.

Ainsi,  les 4 EHPAD de notre ville, notre résidence autonomie Charlotte Montfort et le Service d’Aide et d’Accompagnement à Domicile sont entrain d’être testés !

Les dépistages, par les laboratoires avec lesquels le Conseil départemental a contractualisé, sont effectués  soit au sein de l’établissement (pour les résidents ou le personnel) soit en drive (pour le personnel).

Les  personnels et professionnels de santé et tous les intervenants sont également testés afin de garantir leur sécurité et limiter une éventuelle contagion. Ils se mobilisent au quotidien pour prendre soin et protéger  leurs résidents, leurs bénéficiaires 

Je veux  rendre hommage à toutes celles et ceux qui ne ménagent pas leurs efforts et qui s’impliquent pour endiguer la propagation du coronavirus, pour maintenir le lien avec les familles….

#Prenez soin de vous 

#Prenez soin de vos proches

ETABLISSEMENTS MEDICO-SOCIAUX : dépistage des infections au Covid-19

A la suite de la réunion qui s’est tenue ce matin 9 avril 2020 en vidéo conférence en présence des différents responsables de groupe composant le Conseil municipal, la situation des établissements médico-sociaux (personnes âgées et handicaps) de Châtillon a été largement évoquée.

Nous avons alerté sur la situation très critique de ces établissements  au regard du Covid-19 et en particulier ceux de Saint Anne d’Auray et de Lambrechts où nous déplorons de nombreux décès dus au coronavirus. 

Comme l’a très bien rappelé Madame Blandine Delfosse, Conseillère municipale « un Avenir pour Châtillon », cadre de santé actuellement en première ligne et  acteur dans cette situation de crise sanitaire, chaque journée sans décisions suivies d’actions immédiates peut être lourde de conséquences.

Notre groupe un Avenir pour Châtillon demande à ce  que la mairie prenne  immédiatement la décision de faire réaliser les tests de dépistage des infections au Covid-19 sans attendre  la confirmation de la prise en charge par le Département sur l’ensemble des résidents des  EHPAD de la Commune.

Dans une démarche de santé publique, nous réitérons notre demande que tous les résidents et l’ensemble du personnel des établissements médico-sociaux puissent bénéficier au plus vite d’un dépistage PCR Covid-19.

Il est donc urgent de contacter les différents laboratoires  qui pourront  effectuer ce dépistage dans les meilleurs délais.

Un restaurant solidaire pour un projet exemplaire.

Soutien à l’association Anatom’s de Châtillon qui offre et livre des repas gratuits au personnel soignant des hôpitaux parisiens.

L’ Association Anatom’s a besoin de nous  tous !

« Si on ne fait rien pour eux, qui va le faire demain pour nos enfants ? C’est simple, on a besoin d’eux, ils ont besoin de nous. » souligne Georges Babou, président de l’association Anatom’s au micro de France Bleu Paris le 30 mars. 

Anatom’s a été créée en 2004 et œuvre à l’insertion par le travail de personnes en difficulté. Depuis décembre 2016, cette insertion est favorisée par l’ouverture d’un restaurant associatif qui permet à des cuisiniers amateurs originaires de différents pays de se former.


Depuis 10 jours, des repas sont préparés au restaurant de l’association – 26 rue de Fontenay – à Châtillon avec des produits offerts par des fournisseurs de Rungis à l’attention du personnel soignant.


Ensuite, des bénévoles livrent en moyenne  300 repas quotidien au personnel soignant des hôpitaux parisiens tels Bichat, Lariboisière, Saint-Louis, Saint-Antoine…

Pour poursuivre ce projet solidaire envers les soignants, l’association a besoin de gants, huile, beurre ou toute autre matière première indispensable à la confection de repas. #AidonsLes 

Depuis le 4 avril, un autre beau projet solidaire partenaire #VosGâteaux  est mis en place en parallèle sur Châtillon.  Une chaîne « gourmande » de solidarité avec la confection de gâteaux qui seront distribués dans les paniers repas de l’association Anatom’s

 Si vous souhaitez aussi participer à la chaîne de confection de gâteaux et/ ou donner des matières premières pour la confection de repas contactez Maxence au 06 64 40 26 65

Tous les bénévoles engagés dans ces projets comptent sur vous !

Coronavirus : soyons tous solidaire !

Dans ce contexte sanitaire exceptionnel, mon équipe et moi-même, nous nous tenons à la disposition de l’ensemble des structures municipales pour apporter notre aide et notre réflexion sur des actions concrètes permettant de gérer au mieux la situation inédite que notre pays traverse

Dans un premier temps, nous proposons :

  • la mise en place d’un accueil pour les enfants du personnel soignant
  • la mise en disponibilité du personnel municipal, qui se trouve sans activité opérationnelle, au service de nos aînés, dans le respect des règles sanitaires
  • l’utilisation des moyens existants du « plan canicule » à la destination des personnes isolées.

Nous rappelons les gestes sanitaires élémentaires à respecter qui peuvent sauver des vies :

  • se laver les mains avec du savon ou des solutions hydroalcooliques
  • saluer sans s’embrasser, sans se serrer la main …

Nous apportons tout notre soutien, à l’ensemble de l’administration municipale compétente et dévouée au quotidien.

 Soyons solidaires et attentifs à nos voisins, nos amis et nos proches.

Nous savons pouvoir compter sur l’esprit de solidarité et d’union de chacun d’entre nous.

Anne-Christine BATAILLE

Notre programme pour l’avenir de Châtillon

Cliquez sur l’image pour voir le programme ou écoutez-le en audio  casque audiodans son intégralité en bas de l’article.

Couv programme

 

Sans titre (2)Cliquez sur le lien ci-dessous pour écouter le programme en audio :

Réquisition préfectorale du Gymnase Baquet

La Préfecture a réquisitionné le Gymnase Baquet pour y accueillir des migrants pour une durée provisoire de un mois.

S’il est impossible de rester indifférent à la situation de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants qui vivent dans des conditions de misère absolue,
s’il est compréhensible que l’Etat cherche à mettre à l’abri ces personnes en grande détresse dans cette période de froid hivernal,
réquisitionner un gymnase où sont quotidiennement pratiquées des activités sportives pose question.

Cette situation provisoire n’est satisfaisante pour personne : ni pour les migrants qui sont ballottés d’hébergements provisoires en hébergements provisoires,
ni pour les nombreux élèves et usagers du gymnase qui seront privés d’activités au mieux jusqu’à la fin du mois de février.

Je serai très attentive à ce qu’un accueil digne soit proposé, qu’un accompagnement social soit mis en place dans l’attente d’une place dans un centre d’hébergement pérenne.

En tant que Conseillère départementale, je trouve très dommageable compte tenu de milliers de m2 de bureaux et de bâtiments inoccupés sur l’ensemble de l’Ile de France
que le choix préfectoral se porte systématiquement sur des structures municipales dévolues à des activités quotidiennes.

Anne-Christine Bataille

Nos Premiers engagements : des propositions concrètes et réalistes

tract 1ers engagements copie

 

tract 1ers engagements

Quel avenir pour l’OPH de Châtillon ?

Conseil territorial du 17 Avril dernier, intervention de Jean-Claude CAREPEL (Conseiller Territorial et conseiller municipal) au sujet du devenir de l’Office Public de l’Habitat (OPH) de Châtillon.

« Monsieur Le Président,

Un appel d’offre venant d’être lancé par l’établissement public territorial pour étudier le regroupement des OPH de Clamart, Montrouge et Châtillon,  mes questions sont les suivantes :

Quelle est ou quelle sera la stratégie du territoire vis-à-vis de l’application de la loi Elan obligeant le regroupement des OPH au sein d’un même territoire, avec une obligation d’atteindre un parc minimum de 12 000 logements?

Les 3 OPH concernés ont des statuts différents, deux sont de statut public (Montrouge, Châtillon) et un de statut privé (Clamart), pour ce dernier son statut sera remis en cause. Les autres villes du territoire ont anticipé ce qu’impose la loi et ont déjà opéré des regroupements ou ont intégré des SEM comme la loi le permettait.

Les 3 OPH ont des volumes d’activité très différents : Clamart 4 500 logements, Montrouge 2 500 logements et Châtillon 1 265 logements. Si nous faisons la somme, le regroupement représente 8 250 logements donc très éloigné des 12 000 logements requis par la loi. La loi donne la butée de 2021 pour être en conformité. Quelle stratégie pour atteindre les 12 000 logements ?

Quelles seront les conséquences sur la gouvernance, la gestion et le personnel des différents offices et en particulier celui de Châtillon qui est le « petit poucet » ? »

Réponse de Monsieur  Jean-Didier BERGER :

« Effectivement la loi Elan oblige les offices publics de l’habitat à fusionner et pour notre territoire, il n’y a que les villes de Clamart, Montrouge et Châtillon de concernées.

Un appel d’offre a en effet été lancé pour retenir un organisme susceptible de nous aider dans cette fusion.

La loi prévoit que nous avons un délai supplémentaire jusqu’en 2023 pour nous inscrire dans une société de coordination (SAC), qui est en fait une structure chapeau permettant des regroupements de différentes nature pour atteindre le seuil. »

Réponse de Jean Pierre SCHOSTECK :

« Monsieur le Président, qu’il n’y ait pas d’ambiguïté, je suis très défavorable à cette loi. Mais la loi est la loi et elle doit être respectée. »